Wéngertsbierg

Spécificité

Type de biotope : vignoble, prairie maigre de fauche et pelouse sèche
Superficie : 30 ha
Commune : Canach

Localisation des terrains de la Fondation

Layout 1

Wéngertsbierg en images

Description de la réserve naturelle

La réserve naturelle de Canecher Wéngertsbierg comprend essentiellement une colline exposée au sud avec de nombreuses terrasses et de petites parcelles. Le “ Canecher Wéngertsbierg ” s’étend sur 1,8 km de long d’Ouest en Est, entre Canach et Gostingen. Une grandes parties de cette colline est à l’origine destiné à la viticulture mais qui depuis les années est en jachère, a tel point que des buissons et des arbres se sont posés sur les terrasses abandonnées.

La réserve naturelle de “ Kanecher Wéngertsbierg “ est située dans la partie orientale du Grand-Duché de Luxembourg, situé à 15 km au nord-est de la capitale et est directement adjacente au village de Canach et Gostingen. La zone d’étude fait partie de l’arrière pays mosellan. Actuellement, on retrouve sur le site une mosaïque de différents groupements végétaux avec tous les stades de transition :

  • Pelouse sèche calcaire à végétation basse et peu dense
  • Végétation des prés et pâtures maigres avec une grande diversité en graminées et en fleurs
  • Végétation entourant les affleurements de rochers du calcaire coquillier
  • Végétation de lisière et d’ourlet avec une grande variété de fleurs
  • Broussailles constituées principalement de prunelliers, d’aubépines, de rosiers et de troène, mais aussi d’arbres comme le merisier, le poirier sauvage et le chêne
  • Végétation des murs en pierres sèches
  • Arbres solitaires et vieux arbres fruitiers

Les vignobles du Kanecher Wengertsbierg

Des vignobles en terrasses comme on peut encore les trouver de nos jours au Kanecher Wéngertsbierg dans la commune de Lenningen font partie d’un patrimoine culturel et naturel remarquable en voie de disparition au Luxembourg.

En effet, il y a encore 60 ans, les vignobles luxembourgeois étaient caractérisés par un petit parcellaire et de multiples terrasses soutenues par des murs en pierres sèches.

Depuis lors il y a eu de profonds changements dans la façon de travailler les vignobles. Avec les grands remembrements viticoles qui débutaient au Luxembourg dès 1970 le paysage viticole au Luxembourg a été profondément refaçonné. Des travaux de modélisation importantes des pentes ont été entrepris et ceci afin de permettre le travail machinal des vignobles.

A cette fin les terrasses soutenues par des murs en pierres sèches sont enlevées et les pentes sont adaptées pour que le passage avec tracteur viticole en sens vertical (Direktzug) soit possible. En plus les petites parcelles sont regroupées en parcelles plus grandes pour favoriser le travail mécanique de celles-ci.

En revanche les vignobles de l’arrière-pays mosellan comme le Kanecher Wéngertsbierg ont connu un tout autre sort mais tout aussi néfaste. Faute de « travaux de modernisation » ces vignobles sont tombés en friches. Une broussaille épaisse et abondante s’est depuis lors développée sur la majeure partie des vignobles en terrasse de l’arrière-pays mosellan.

A part l’intérêt historico-culturel que présente les vignobles de l’arrière pays mosellan il faut aussi souligner le rôle important pour la conservation et le développement de la diversité biologique.

En effet les vignobles en terrasse avec leurs multiples murs en maçonnerie sèche sont les hôtes de nombreuses plantes et animaux adaptés aux milieuxbien ensoleillés et avec une amplitude de température journalière importante. Ainsi ont peut trouver sur les jeunes friches de vignobles dépourvu de broussaille des fleurs rares comme la gentiane ciliée, le mélampyre des champs ou encore des orchidées comme par exemple l’Ophrys frelon.

Cette diversité biologique ne peut être conservé que si l’homme intervient. C’est à dire que les vignobles abandonnés doivent faire l’objet de travaux d’entretient afin de stopper la libre évolution des broussailles (=succession naturelle).

Ce but peut être atteint par l’ouverture des friches en retirant les broussailles. Les terrains ainsi défrichés sont pourvus d’une clôture afin de pouvoir introduire le pâturage avec des chèvres et des moutons. Sur les parcelles pâturées la flore caractéristique et la faune (papillons…) peuvent à nouveau s’y développer.

En 2016 le Kanecher Wéngertsbierg a été déclaré zone de protection d’intérêt nationale et fait partie intégrante d’une Zone Natura 2000.

Un sentier didactique permet de découvrir le site du Kanecher Wéngertsbierg et donne un aperçu non seulement sur l’histoire des anciens vignobles mais permet de découvrir les projets de valorisation écologiques et paysagère réalisés par natur&ëmwelt fondation Hëllef fir d’Natur et de l’administration de la nature et des forêts.

Habitats, faunes et flores

La réserve naturelle se caractérise par la présence d’une mosaïque de biotopes. Les vignobles embroussaillés côtoient des terrains pâturés extensivement avec des murs en pierre sèche exposés au soleil, des pelouses sèches, des vergers. Ainsi le « Wéngertsbierg » héberge une grande diversité biologique qui requiert un entretien adapté.

Habitats :

biotopes très diversifiés réunis sur un petit périmètre. Murs en maçonnerie sèche,
pelouses calcaires sèches, verger, broussailles.

Faunes :

Grande diversité d’oiseaux par exemple : Milan royal, Torcol fourmilier, Faucon
crécerelle, Pic vert. Mammifères comme p.ex. le sanglier, le blaireau d’Europe, le renard ou le hérisson, et des reptiles comme p.ex. la couleuvre, le lézard des
murailles, ou le crapaud.

Flores :

orchidées par exemple : Ophrys frelon, Ackerwachtelweizen, Orchis pourpré,
Orchis à large feuilles et Orchis de montagne, Platanthère à deux feuilles et Grande Listère, Gentiane ciliée.

Publications

Wengertsbierg brochure