Sporbaach

spécificité

Type de biotope : milieux humides

Superficie :  4,46 ha

Commune : Wincrange

Localisation des terrains de la Fondation

Sporbaach

Sporbaach en images

Description de la réserve naturelle

La région du ruisseau de Troine et de ses affluents recèle encore plusieurs zones humides marécageuses avec des sols à tendance tourbeuse et une végétation et faune spécifique. Une des plus intéressantes est la zone « Sporbaach », d’une superficie de 101,31 hectares, situé au milieu des zones Natura 2000 « Habitat » « Troine/Hoffelt – Sporbaach » et « Oiseaux » « Vallée de la Tretterbach et affluents de la frontière à Asselborn ». natur&ëmwelt y gère des parcelles d’une superficie de 4,46 ha.
Le « Sporbaach » est un petit affluent du « Trëtterbaach », qui prend sa source près de la ligne de partage des eaux entre Rhin et Meuse. Le bassin versant de ce petit ruisseau forme une zone de protection d’intérêt national (ZH10), classée en 2017. D’importance nationale y sont les vestiges d´une boulaie pubescente tourbeuse, ainsi que des pelouses à Nard raide (Nardus stricta).

Une histoire mouvementée

La zone de protection « Sporbaach » présente des témoins de plusieurs époques, à savoir des tumuli celtes non loin du site, ainsi que le chemin rural, qui borde la zone au Sud, appelé, « Postwee », vestige de la voie postale, qui reliait au Moyen-Âge Vienne é Bruxelles.

La zone de protection Sporbaach faisait partie d´une région recouverte principalement de bruyères et landes. Le sol y était lourd et pierreux et moins adapté à la production de grains qu´a celle du bois. Les bruyères servaient surtout de pâturages aux nombreux moutons. Les fonds de vallées étaient souvent marécageux et difficiles à cultiver.

Selon les propos d´un habitant de la localité de Troine, il existait au début du 20e siècle des projets pour exploiter à plus grande échelle la tourbe présente dans la zone en question. Cependant, ces plans n´ont jamais été mis à exécution. Pendant l´été très sec de l´année 1921, un incendie, qui brûlait pendant des semaines aurait détruit une grande partie de la tourbe.

Habitats, faunes et flores

La partie la plus importante du site en terme de biodiversité est la zone centrale de la réserve naturelle, composée par la confluence des petits ruisseaux de sources. On y retrouve une forêt de saules et de bouleaux sur sols engorgés et tourbeux. Au niveau de la flore, il faut souligner la présence des espèces menacées suivantes : Arnica des montagnes (Arnica montana), Violette des marais (Viola palustris), Véronique en écus (Veronica scutellata), la laîche paniculée (Carex paniculata) ainsi que le nard raide (Nardus stricta). Au niveau de l’avifaune, le site représente un intérêt majeur pour la cigogne noire (Ciconia nigra), le milan royal (Milvus milvus), la bergeronnette printanière (Motacilla flava), le tarier des prés (Saxicola rubetra), la bécassine des marais (Gallinago gallinago), la pie-grièche grise (Lanius excubitor) et la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio). Le ruisseau du Sporbach héberge la petite Lamproie de rivière (Lampetra planeri) et le chabot (Cottus gobio).

Cependant l’ambassadeur du site est bel et bien le cuivré de la bistorte (Lycaena helle), qui y trouve son habitat favori : des prés humides à bistorte (Persicaria bistorta), partiellement embroussaillés, exposés au soleil, protégés des vents de l’Ouest et bordés des hauts arbres pour passer la nuit. Le site est un hot-spot pour le cuivré et le monitoring du site a pu observer et confirmer une densité élevée, jusqu’à 50 exemplaires par journée. La présence de la bistorte fait du site un refuge pour le nacré de la bistorte (Boloria eunomia), également dépendant de la présence de cette plante typique des zones humides.