Léresmillen – Emeschbaach

Spécificité

Type de biotopes : friches et prairies humides, mares, vergers

Superficie : 41,35 ha

Commune : Wincrange

Localisation des terrains de la Fondation

Léresmillen

Léresmillen - Emeschbaach en images

Description de la réserve naturelle

A la confluence de l’Emeschbach et du Trëtterbach, natur&ëmwelt Fondation Hëllef fir d’Natur est propriétaire d´un ensemble de 41,35 ha. Situés au milieu des zones Natura 2000 « directive Habitat » « Vallée de la Tretterbach » et « directive Oiseaux » « Vallée de la Tretterbach et affluents de la frontière à Asselborn », l´ensemble des terrains constitue une mosaïque de différents habitats tel que terrains agricoles gérés sans labour bordés par des haies, zones humides et marécageuses pâturées extensivement, friches humides, prairies maigres de fauche et des vergers agroforestiers.

 

Une gestion complexe et variée

Afin de maintenir et développer un paysage mosaïque, une gestion variée et respectant les différents habitats et espèces cibles s´impose.

natur&ëmwelt s’engage pour une agriculture respectueuse de notre environnement et de nos ressources naturelles. Depuis l´acquisition en 2010 d´grand ensemble de parcelles agricoles monotones et intensives, natur&ëmwelt a intégré l´ensemble des terrains dans un projet nommé « Agriculture, Nature et Biodiversité » où nous essayions d’associer autant que possible les acteurs locaux. La gestion de la majorité des parcelles a été convertie vers l´agriculture biologique et de nouveaux habitats ont été créés en plantant de nouvelles structures (haies & arbres solitaires) et en creusant / restaurant plusieurs mares.

  • Pendant l’hiver, saison où le bétail doit quitter les réserves naturelles, le troupeau de vaches Galloway du Comité Nationale de Défense Sociale – Naturaarbechten de Binsfeld pâture les prairies à Emeschbaach où un abri pour bétail a été construit en 2013.
  • Les prés humides sont fauchés tardivement et sans épandage d’engrais chimiques moyennant des contrats « Biodiversité » par l’exploitation agricole biologique Naturhaff, située à Derenbach.
  • Le même partenaire exploite deux vergers conservatoires de 230 arbres fruitiers (115 vielles variétés différentes de pruniers et cerisiers) grâce à la technique de l´agroforesterie où des arbres sont associés à des cultures. Cette pratique ancienne a disparue de nos paysages alors qu´elle présente de grands avantages point de vue biodiversité et rendement agronomique. Les deux vergers s´insèrent dans la stratégie pour l´établissement d’un réseau de projets de démonstration en matière d’agroforesterie au Luxembourg formulé par le Plan national de Protection de la Nature (PNPN).
  • La reméandration de la Trëtterbach sur le site Léresmillen, réalisée en 2016 grâce au financement par le Fonds pour l´eau et du fond européen LIFE-Nature (via le projet projet LIFE Eislek) avec le soutien de RBC, a permis de créer des habitats aquatiques tels que des frayères pour la truite fario et le chabot ou des refuges pour la très rare lamproie de planer. La plus-value pour l´homme et la nature se traduit par une rétention améliorée des eaux en cas de crue et une reconnexion de la rivière avec sa plaine alluviale. Les prairies de la plaine alluviale réaménagée sont gérées via pâturage extensif grâce à la collaboration avec des agriculteurs locaux.

Habitats, faunes et flores

Le Trëtterbach et ses affluents sont encore entourés de petites zones humides et marécageuses et de quelques rares prairies maigres de fauche qui sont des habitats essentiels pour de nombreux oiseaux menacés. Une quinzaine d’espèces d’oiseaux menacés et protégés par la directive européenne, comme la cigogne noire (Ciconia nigra), le milan royal (Milvus milvus), la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), la bergeronnette printanière (Motacilla flava), le pipit farlouse (Anthus pratensis), le tarier des prés (Saxicola rubetra) et la bécassine des marais (Gallinago gallinago) ont été observés sur le site bien connu des ornithologues.

De plus, on y trouve encore quelques papillons rares, comme le Cuivré de la bistorte (Lycaena helle) et le Nacré de la bistorte (Boloria eunomia), des espèces qui sont dépendantes de la présence de la bistorte (Persicaria bistorta), une plante typique des zones humides.