Kaleburn

Spécificité

Type de biotope : milieux humides, boulaie tourbeuse

Superficie : 10,34 ha

Commune : Wincrange

Localisation des terrains de la Fondation

Screen Shot 2019-08-30 at 10.50.26

Kaleburn en images

Description de la réserve naturelle

Située sur le territoire de la commune de Wincrange, la zone protégé Kaleburn s´étend sur plus de 80 hectares seulement. La petite taille du site ne diminue en rien son attractivité ni son importance. En effet, le visiteur peut observer des vestiges historiques du canal meuse-moselle et longer des biotopes exceptionnels comme une boulaie tourbeuse ainsi qu´un complexe de friches humides hébergeant des papillons ainsi que des amphibiens d´une grande rareté. Le site est classé en tant que zone protégée d’intérêt national par le Règlement grand-ducal du 28 février 2017 et fait partie du Réseau Natura 2000.

Le canal de jonction entre la Meuse et la Moselle : un ouvrage audacieux mais inachevé

En 1825, Guillaume I d’Orange Nassau roi des Pays-Bas et Grand-duc de Luxembourg, voulait construire un ‘canal de jonction entre la Meuse et la Moselle’ devant relier Liège à Wasserbillig. La réalisation de l’ouvrage audacieux devait faire plus de 300 km de long et nécessitait la construction de plus de 200 écluses. La population des Ardennes, qui subissait une importante crise économique et qui se sentait délaissée par les pouvoirs publics, espérait à l’époque qu’une relance économique allait s’installer. Rappelons qu’au début du 19e siècle le seul moyen de transport des biens était le transport fluvial et la traction chevaline, la mise en circulation des premiers trains au Luxembourg datant de 1859 seulement. La pièce maîtresse de la nouvelle voie navigable devait être le tronçon Buret – Hoffelt. Les deux villages sont séparés par la ligne de partage des eaux. Seule solution pour franchir ce point culminant était la construction d’un canal souterrain.

Après trois ans et demi de travaux (1.130 m ont été creusés sur les 2.528 m initialement prévus), les ouvriers interrompent leur travail. Les tensions provoquées par la révolution belge, la construction du chemin de fer et l’installation en 1839 de la frontière belgo-luxembourgeoise coupant le souterrain en deux, sonnèrent le glas de l’entreprise.

Actuellement, dans le périmètre de la réserve naturelle, on peut encore distinguer la tranchée d’accès au chantier ainsi qu´un puits d’extraction.

Habitats, faunes et flores

Formée majoritairement par des forêts tantôt résineux tantôt feuillues, le Kaleburn présente en son centre une zone humide. Suite à des conditions stationnelles particulières (haut-plateau ardennais présentant une légère dépression, sols à drainage insuffisant entraînant l’accumulation des eaux pluviales, pluviométrie élevée, températures moyennes annuelles faibles), s´est développé un bas marais tourbeux. Des bouleaux pubescents, présentant des manchons de sphaignes (les mousses qui forment la tourbe) autour des troncs, s´y sont installés. Des inventaires ont permis d’identifier un total de 61 espèces de mousses différentes (dont 19 espèces de sphaignes) dans le ‘Kaleburn’, le site est donc un « hot spot » bryologique à conserver en priorité. La boulaie tourbeuse à sphaignes est un habitat très particulier extrêmement rare au Luxembourg et protégé tant au niveau national qu´européen.

Les friches humides présentent des jonchaies à Juncus acutiflorus ainsi que des cariçaies à Carex vesicaria. On peut y trouver des espèces végétales rares comme : Comarum palustre, Eriophorum angustifolium, Menyanthes trifoliata, Viola palustris. Le site offre de belles prairies à bistorte, lieux de ponte des deux papillons reliques glaciaires Nacré de la bistorte (Boloria eunomia) et Cuivré de la bistorte (Lycaena helle). Le site a d´ailleurs permis la première observation de Lycaena helle sur le territoire luxembourgeois en 1978 par Marcel Hellers, entomologiste.

Le site présente plusieurs plans d´eau dont un héberge le triton crêté (Triturus cristatus), espèce relativement fréquente au Gutland, mais très rare en Oesling.