Hautbellain – Fooschtbaach

Spécificité

Type de biotope : friches et prairies humides

Superficie : 10,60 ha

Commune : Troisvierges

Localisation des terrains de la Fondation

Hautbellain - Fooschtbaach

Fooschtbaach en images

Description de la réserve naturelle

« Fooschtbaach » est une réserve naturelle à l’extrémité nord du pays. Le petit ruisseau « Fooschtbach », situé près de la localité de Hautbellain (Beessleck), est un affluent de l’Ourthe Orientale prenant sa source sur le haut-plateau à l’extrémité nord-est du Grand-Duché. Il alimente le bassin versant de la Meuse. « Fooschtbaach » est aussi le nom donné à la zone humide où prend naissance ce ruisseau. En tant que partie de la zone « Oiseaux » du réseau Natura 2000, elle bénéficie d’un statut particulier. Depuis 2019, la réserve a aussi reçu le statut comme zone protégée d´intérêt national.
Au moment, natur&ëmwelt Fondation Hëllef fir d´Natur est propriétaire de 10,60 ha de cette zone protégée.

Une gestion bien dosée
Il faut dire que sur un demi-siècle, cette zone humide a subi de profondes métamorphoses. Jadis exploités comme prés de fauche, avec un fauchage très tardif à la fin de l’été, elle a été boisée avec des épicéas pour à nouveau être progressivement restaurée après des déboisements et du pâturage extensif sur certaines surfaces. Depuis 1995, une gestion diversifiée visant à maintenir et développer une mosaïque d’habitats comme autant de sources de nourriture et de zones de nidification favorables à une multitude d’oiseaux et d’insectes a été progressivement mise en place.

Habitats, faunes et flores

Magnocaricaies, roselières, friches humides à reine des près, zone de sources, bas-marais acide et prés tourbeux à joncs à tépales aigus forment un bel ensemble de paysager et offrent des habitats diversifiés aux résidents de la zone humide. Les roselières sont largement dominées par le roseau commun (Phragmites australis), la massette à larges feuilles (Typha latifolia) et le rubanier d’eau (Sparganium erectum). Parmi les plantes rares, il faut citer le jonc raide (Juncus squarrosus) qui y a été redécouvert récemment, le dacthyloryze de mai (Dactylorhiza majalis), le trèfle d’eau (Menyanthes trifoliata), la linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium) ou encore le comaret (Potentilla palustris).

Côté faune, le site compte un nombre important de papillons de jour, dont 3 espèces figurent sur la liste rouge des espèces en voie de disparition : Petit collier argenté (Boloria selene), Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae) et Hespérie du dactyle (Thymelicus lineolus).
Le site est notamment connu de longue date pour son intérêt ornithologique. On y trouve la Cigogne noire (Ciconia nigra), le Milan royal (Milvus milvus), la Bergeronnette printanière (Motacilla flava), le Tarier des prés (Saxicola rubetra), la Bécassine des marais (Gallinago gallinago), la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et la Pie-grièche grise (Lanius excubitor).