Initiative Citoyenne Européenne : Sauvons les abeilles et les agriculteurs – Vers une agriculture favorable aux abeilles, pour un environnement plus sain

Ensemble avec de nombreuses organisations de la société civile, de mouvements populaires, d’organisations d’apiculteurs, d’initiatives citoyennes locales, de groupes d’agriculteurs et de scientifiques, natur&ëmwelt soutient l’initiative citoyenne européenne « Sauvons les abeilles et les agricultueurs ». Notre objectif est de créer un paysage agricole qui permette aux abeilles et aux agriculteurs de s’épanouir dans un environnement sain pour le bénéfice de tous.

Ensemble, nous voulons recueillir au moins un million de signatures (471.780 le 29 mars 2021 à 11h00) pour l’initiative citoyenne européenne « Sauvons les abeilles et les agriculteurs ! » afin que la Commission européenne et le Parlement européen soient légalement obligés de répondre aux demandes de ladite initiative citoyenne. En plus, au moins 7 pays doivent dépasser leurs seuils nationaux respectifs pour que l’initiative citoyenne soit considérée comme réussie et officiellement reconnue par la Commission européenne. Le Luxembourg en est actuellement à 2.008 signatures (au 29.03) et a besoin d’un total de « seulement » 4.500 signatures valides. En conséquence, le Grand-Duché est une lueur d’espoir pour le mouvement et chaque voix compte.

Signez l’initiative citoyenne européenne ci-dessous:

Pourquoi sauver et aider les abeilles et les agriculteurs en Europe ?

Le modèle agricole actuel, orienté vers des rendements toujours plus élevés basés sur la chimie, a mené nos écosystèmes vers l’effondrement. La biodiversité sur laquelle nos systèmes alimentaires se basent décline jour après jour. Le futur de notre sécurité alimentaire, de notre environnement et de notre santé est sérieusement menacé.

Les conséquences pour la nature sont catastrophiques : les haies, les prairies fleuries tout comme les abeilles, les papillons et les autres insectes ont disparu de nos paysages. Les oiseaux ont cessé de chanter dans nos champs. En parallèle, nos cours d’eau sont pollués et la nature, ainsi que les citoyens sont continuellement exposés à un cocktail de pesticides de synthèse. En outre, l’existence même des agriculteurs est menacée par ce modèle d’agriculture industrielle : toutes les 3 minutes, une ferme cesse son activité au sein de l’UE. Suivant la devise « Grandis ou péris », un nombre décroissant d’exploitations agricoles détiennent de plus de terres agricoles et doit générer des rendements toujours plus élevés pour survivre. Les petites fermes ne peuvent souvent plus nourrir une famille. Avec leur disparition, les zones rurales d’Europe perdent des emplois et leur patrimoine culturel historique.

Il existe cependant une solution : un système agricole sans produits agrochimiques de synthèse est possible. Il s’agit d’une agriculture qui préserve et développe la diversité des paysages, des traditions alimentaires et agricoles en Europe. Un modèle agricole qui assure une coexistence harmonieuse des abeilles et des agriculteurs, une agriculture plus saine pour les citoyens. Avec cette Initiative citoyenne européenne (ICE), nous voulons faire de ce modèle agricole le modèle pratiqué en Europe. Par ailleurs, 250.000 exploitations cultivent déjà la terre conformément à des normes écologiques sans utiliser de pesticides de synthèse en Europe.

Les trois demandes principales de notre ICE :

  1. Éliminer les pesticides de synthèse : Progressivement diminuer de 80% l’usage des pesticides de synthèse dans l’agriculture de l’UE d’ici 2030, en commençant par les plus dangereux d’entre eux, puis les éliminer complètement d’ici 2035
  2. Restaurer la biodiversité : Restaurer les écosystèmes naturels dans les zones agricoles et faire en sorte que l’agriculture puisse contribuer à nouveau à la promotion de la biodiversité. Au Luxembourg aussi, la disparition des espèces se poursuit malgré les nombreuses mesures prises par les politiques. Le futur catalogue de mesures ne doit donc pas seulement sonner bien et sympathique au plan politique, mais doit surtout être basé sur des expériences et des faits scientifiquement fondés, afin que la biodiversité soit enfin aidée efficacement.
  3. Soutenir les agriculteurs dans la transition : Réformer l’agriculture en donnant la priorité à une production agricole à petite échelle, diversifiée et durable, en soutenant une augmentation rapide de l’usage de pratiques agro-écologiques et biologiques et en favorisant la formation des agriculteurs par échange de savoirs ainsi que la recherche indépendante pour une agriculture sans pesticides et sans OGM.

Pour toute autre question sur l’initiative citoyenne européenne, veuillez consulter la FAQ à l’adresse https://www.savebeesandfarmers.eu/fra/ ou contacter natur&ëmwelt.