La moule perlière

Habitat

La moule perlière vit dans des cours d’eau froids, oligotrophes de moyenne altitude et s’écoulant sur des sols pauvres en calcaire. Leur habitat correspond à la zone de la truite.

La jeune moule ne tolère aucun écart par rapport à l´optimum des paramètres écologiques de leur habitat. Elle est donc une excellente espèce bio-indicatrice.

L’Our est un habitat pour la moule.
En Belgique, la vallée large et ouverte de l’Our subit une forte pression anthropique. L’exploitation intensive des terres et l´urbanisation de cette partie de la vallée conduit à une forte pollution des eaux.

A l’entrée du Grand-duché de Luxembourg au point des trois frontières, l’Our atteint une largeur de 10 m. Elle ressemble plus à une petite rivière qu’à un ruisseau. La composition de sa faune confirme cette constatation ; nous sommes à l´interface de la zone de la truite et de la zone de l´ombre . À cause de sa largeur mais également à cause de l’absence de ripisylve, la température de l’Our peut atteindre 20°C. Au-delà du point des trois frontières, la vallée se rétrécit et la pression anthropique diminue. Les activités humaines se limitent à deux moulins – le moulin de Kalborn, future station d’élevage, et la « Tintesmühle », site aujourd’hui occupé par un camping. La plaine alluviale est exploitée de façon extensive par l´intermédiaire de prés de fauche. Suite au pouvoir d´autoépuration important de ce tronçon, la qualité de l’eau est meilleure et nous trouvons la plus grande population de moules. Autrefois cet endroit était aussi occupé par la loutre ( Lutra lutra ) et l’écrevisse à pieds rouges ( Astacus astacus ).

Anatomie

La moule perlière adulte a une forme ellipsoïdale allongée de 8 à 14 cm de long. Les deux valves très épaisses sont reliées par une charnière. Les anneaux de croissance denses et réguliers de la coquille permettent de déterminer l’âge des moules. La couleur de la coquille varie du brun foncé (juvéniles) au noir terne (adultes). Entre les valves apparaissent deux ouvertures. Le pore inhalent et le pore exhalent. La circulation continue de l’eau au travers du mollusque permet la respiration et l’alimentation de la moule.

Cycle de vie

Les moules perlières sont sexuellement matures à l’âge de vingt ans, la reproduction se fait sans accouplement. Le mâle libère ses spermatozoïdes dans l’eau ; récupérés par le système de filtration de la femelle, ils fécondent les ovules. Une femelle produit en moyenne 200.000 à plusieurs millions d’ovules par an. Après maturation des oeufs et transformation en larves appelées glochidies (0,05 cm), la femelle les libère dans l’eau. Les larves ne survivent que si elles s’accrochent rapidement (dans les premières heures) sur les branchies d’une jeune truite de rivière (Salmo trutta fario) généralement âgée d’un an.

Cette vie parasitaire permet à la fois le développement des larves et la dispersion de l’espèce. Pendant ce stade parasitaire de 10 mois, la larve enkystée se transforme en moule. Celle-ci est livrée de nouveau au courant suite à la la rupture du kyste. La moule tombe sur le substrat et s’enfonce dans le sédiment à une profondeur maximale de 35 cm. Après 4 à 5 ans de croissance, elle réapparaît de nouveau à la surface du sédiment. Elle vit aux deux tiers enfoncée dans le sédiment (sable ou gravier), en position verticale. La moule est quasi immobile, pendant sa vie elle ne parcourt que quelques mètres. Elle absorbe la nourriture en suspension dans l’eau et ingère surtout certaines algues et des détritus organiques, préférentiellement d’origine végétale. Une seule moule filtre environ 50 litres d’eau par jour !

La moule perlière peut vivre longtemps. En Espagne, elle peut atteindre 120 ans; dans l’Our par contre, en raison des températures estivales élevées, sa durée de vie moyenne est limitée à 65 ans.

279/5000
Cycle de vie de la moule des ruisseaux

Les moules adultes se jettent dans les larves printanières qui parasitent les branchies des ménés et s'y développent en petites coquilles. Ceux-ci tombent au fond de l'eau et repoussent ensuite vers des ruisseaux reproductibles.
279/5000 Cycle de vie de la moule des ruisseaux Les moules adultes se jettent dans les larves printanières qui parasitent les branchies des ménés et s'y développent en petites coquilles. Ceux-ci tombent au fond de l'eau et repoussent ensuite vers des ruisseaux reproductibles.